Poursuivre l’expérience ‘Pride’…

Après l’émotion vécue lors de la projection de « Pride » le 24 février dernier, Cinéparlant vous propose de prolonger l’expérience en suivant au fil des prochains jours le dossier spécial PRIDE.logoanime pride

Un dossier spécialement concocté par Hugues Ozouf, agrémenté de références musicales et cinématographiques par Sylvain Lambert.

Chapitre premier : Les années Thatcherthatcher-vignette

Le contexte de son arrivée au pouvoir

Le projet de Thatcher doit être perçu comme une réaction au consensus économique et social qui règne en Grande-Bretagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : le Welfare State (l’Etat providence). L’Etat se veut interventionniste par le biais des entreprises nationalisées sur le plan économique, tout en garantissant le plein emploi et la couverture sociale pour tous sur le plan social. Cependant, la crise des années 1970 provoque l’augmentation du chômage et de l’inflation. Le système semble à bout de souffle.

Margaret Thatcher, première femme premier ministre, veut moderniser l’économie moribonde de la Grande-Bretagne et lui rendre ainsi son rang de puissance mondiale.

Elle veut mener une politique néo libérale qui trouve ses fondements dans les préceptes de Frederick Hayek au sortir de la guerre puis plus tard au sein de l’école de Chicago de Milton Friedman. (Reagan, Pinochet)

Des hauts et bas
– La privatisation dans de nombreux secteurs (télécommunications, transport aérien, automobile, l’énergie, métallurgie et hydrocarbures) [mai 1980].
– La limitation des droits syndicaux (réglementation sur les piquets de grève, le monopole syndical d’embauche et interdiction des grèves de solidarité) [mai 1980].
– Des émeutes raciales (race riots) à Brixton (Londres), Manchester [1981]…

– Popularité au plus bas en 1981 : 25% d’opinions favorables

– Le chômage passe de 1,5 à plus de 3 millions entre 1979 et 1982.
– L’inflation passe de 14% en 1979 à 4,6 en 1984

– La Guerre des Malouines [avril-juin 1982] : de mars à juin 1982 sa cote de popularité passe de 34 à 52%…

– Victoire des conservateurs aux législatives de 1983.
– Re-privatisations en 1984-85 (British Oil, British Telecom, Sealink, Jaguar, Land Rover, British Nuclear Fuel…)

– Attentat de l’IRA, à Brighton, qui fait quatre morts, lors d’un congrès du parti conservateur. [octobre 1984]

 films à voir et à revoir :  

Les Virtuoses (Brassed Off), comédie dramatique de Mark Herman (1997)

 

Coté musique

La bande originale du film, disponible sur double CD, comporte des titres de la plupart des groupes britanniques majeurs des années 1980 : I Want to Break Free (Queen), Shame Shame Shame (Shirely and Company), Relax (Frankie Goes to Hollywood), Love Will Tear Us Apart (Joy Division), Red Red Wine (UB40) et bien d’autres…

Lors de la grève, le groupe punk The Clash a donné deux concerts au profit des mineurs, les 6 et 7 décembre 1984 à la Brixton Academy de Londres. Le conflit des mineurs a aussi inspiré des chansons à nombre de musiciens :

  • U2 Red Hill Mining Town

 

  • Dire Straits Iron Hand (album On Every Street)

 

Prochain chapitre :

logoanime prideLa grève des mineurs 

  • La situation en 1984-85 
  • Opposition et intransigeance

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s